event 23 Mar 2022

Le projet du lac Kivu et de la rivière Ruzizi// Le centre aérospatial allemand présente les résultats de leur évaluation sur le risque d'érosion dans le bassin du lac Kivu et de la rivière Ruzizi.

Cet article met en évidence les résultats de l'étude menée par le Centre Aérospatial Allemand (DLR) sur les risques d'érosion calculés à partir des données d'observation de la terre dans le bassin transfrontalier du lac Kivu et de la rivière Ruzizi. L'étude a été menée sur une durée de six mois, du 01 juillet au 31 décembre 2021. Les résultats sont synthétisés dans le rapport "Earth Observation Lake Kivu" disponible en anglais et en français.

category Nexus Blog tag Nexus methodology tag Modelling and assessment globe Africa globe Central East Africa / Lake Kivu
NRP Kivu vegetation dynamics

Le cadre et la nécessité de l'étude

Le lac Kivu, l'un des Grands Lacs africains, et la rivière Ruzizi sont des cours d'eau communicants situés le long de la frontière entre le Burundi, la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda. Le lac Kivu est raccordé au lac Tanganyika par la rivière Ruzizi et fait partie du bassin du fleuve Congo. Le lac Kivu et la rivière Ruzizi constituent la base des activités quotidiennes et des moyens de subsistance de plus de 11 millions de personnes.

L'érosion des sols est une préoccupation croissante dans la région qui s'aggrave par les effets négatifs du changement climatique. L'érosion des sols peut entraîner une perte de terres fertiles, une augmentation des inondations, une dégradation des sols, une augmentation de la pollution et de la sédimentation dans les rivières, ce qui peut à son tour provoquer un déclin des stocks de poissons et d'autres espèces. L'érosion des sols a donc un impact important sur les communautés locales dont les moyens de subsistance reposent sur le bassin. L'étude menée par le Centre Aérospatial Allemand (DLR) propose une évaluation et un suivi des paramètres d'érosion des sols dans le bassin transfrontalier du lac Kivu et de la rivière Ruzizi.

Résultats de l'étude

L'équipe DLR a présenté ses conclusions dans le cadre d'un atelier hybride en ligne et en présentiel, animé à la fois en anglais et en français, avec un nombre total de 34 participants. L'étude visait à quantifier le risque d'érosion dans une perspective d'observation terrestre en utilisant les paramètres suivants : précipitations, dynamique végétale, occupation des sols, urbanisation et développement démographique. L'analyse a été répartie en quatre modules de travail (MT).

  • MT1 > L'analyse de la dynamique de la végétation à long terme et saisonnière a permis de conclure qu'il existe des régions où la couverture végétale est faible et récurrente de façon saisonnière, qui se trouvent régulièrement dans la plaine de la Ruzizi et sur les pentes sud des volcans au nord de la zone d'étude, où se trouvent les principaux champs agricoles.
  • MT2 > L'analyse des événements de précipitations extrêmes révèle une absence de « hotspot » pour un même mois ou une même région. Toutefois, une augmentation du nombre d'événements extrêmes est détectée pour les mois d'avril ou de mai, d'août et de novembre ou décembre, et ce pour la plupart des années.
  • MT1 & MT2 > ont été regroupés pour former un indice de risque d'érosion mettant en évidence les régions particulièrement menacées par l'érosion des sols. Les zones suivantes ont été identifiées comme des « hotspots » du risque d'érosion : La plaine de la Ruzizi, la zone située entre la ville de Goma et la région volcanique nord, les agglomérations urbaines de Goma et Bukavu et les prairies à l'est du lac Kivu.
  • MT3 > L'analyse de la turbidité du lac Kivu a montré que celle-ci est plus faible pendant la saison sèche et qu'elle augmente en mars/avril et d'octobre à décembre. Néanmoins, seul un faible lien entre le risque d'érosion et la turbidité du lac a pu être identifié.
  • MT4 > L'analyse de la croissance démographique ne révèle qu'une faible augmentation de la croissance urbaine prévue dans l'agglomération de Bukavu (qui comprend Bukavu en RDC et Rusizi au Rwanda), sans doute due aux pentes raides et au terrain rugueux qui entourent l'agglomération. En ce qui concerne l'agglomération de Goma (comprend Goma en RDC et Rubavu au Rwanda), une croissance plus forte est prévue, notamment le long du réseau routier du côté rwandais de l'agglomération. La croissance urbaine est susceptible d'augmenter davantage la pression sur les sols dans la zone d'étude et peut provoquer une érosion et une dégradation des sols plus intenses.
FREXUS FR video

By loading the video, data will be sent to YouTube. More information can be found in our data protection policy.

Les éléments clés des discussions et les prochaines étapes

Suite à la présentation, les participants ont engagé une discussion fructueuse avec l'équipe DLR sur les résultats de l'étude. Des suggestions et des remarques ont été faites, notamment en ce qui concerne la turbidité dans la rivière et le long de la plaine qui nécessite une analyse plus approfondie. Lors de l'analyse des rivières, des données transmises par satellite peuvent s'avérer insuffisantes ; les données in situ sont les mieux adaptées pour évaluer la qualité de l'eau et la turbidité. Un autre point soulevé était l'impact des activités extractives et en particulier l'exploitation des mines (d'or) a été notée comme un risque d'érosion et un facteur majeur conduisant à la turbidité et à la sédimentation. De plus, les participants ont noté la corrélation entre l'érosion et la croissance démographique, cette dernière augmentant la pression sur les terres et la végétation. Parmi les autres facteurs d'érosion figurent l'activité humaine, les systèmes de gestion des terres et la croissance urbaine. Pour conclure la session, l'équipe DLR a suggéré des pistes pour de futures recherches, en voyant cette étude combinée avec le rapport ABAKIR : Baseline Study for the Basin of Lake Kivu and Ruzizi River. Combinées, ces deux études pourraient être utilisées pour développer des stratégies d'atténuation et d'adaptation et aider les décideurs à identifier et mettre en œuvre des solutions.

Télécharger

Téléchargez le rapport ici.

Contact

Cecilia Vey

Newsletter

Stay up to date!

We inform you about current projects, events, actions, publications and news!