event 27 Sep 2021

Nexus Blog // Des risques aux retours: Le Nexus à la Semaine mondiale de l'eau 2021

Comment le financement des projets intégrés des ressources naturelles peut-il être optimisé ? Et l'approche Nexus peut-elle faciliter l'accès aux investissements nécessaires à de tels projets ? Cet article est une réflexion sur la session de la Semaine mondiale de l'eau intitulée "Des risques aux retours : Les solutions Nexus WEFE pour la résilience climatique", qui a abordé ces questions le 24 août 2021. Organisée conjointement par le programme "Dialogues Régionaux Nexus", la Banque interaméricaine de développement et la Commission économique pour l'Europe des Nations unies, la session a compté 168 participants de plus de 45 pays.

category Nexus Blog tag Ecosystems tag WEFE Nexus tag Governance tag Finance tag Conferences and Events tag Stockholm Water Week
Header article French www

Depuis 1991, la Semaine mondiale de l'eau de Stockholm rassemble les gens pour trouver des solutions aux défis liés à l'eau sur la planète. Cette année, la conférence s'est concentrée sur le thème " Construire la résilience plus rapidement " et a vu plus de 16 000 participants de 170 pays assister à 418 sessions numériques, avec des sujets allant de la résilience climatique à l'assainissement urbain en passant par la biodiversité marine.

Parmi les nombreux sujets abordés, un thème central est rapidement apparu : ces questions ne peuvent être traitées de manière isolée, aussi bien sur le plan géographique que sectoriel. Tout comme les défis et les solutions liés à l'eau sont souvent transfrontaliers, touchant plusieurs pays, ils sont aussi fréquemment multisectoriels, avec des liens complexes et dynamiques avec les secteurs de l'énergie, de la sécurité alimentaire et des écosystèmes.

Financement de projets multisectoriels

Les liens complexes entre l'eau, l'énergie et la sécurité alimentaire ont été abordés directement lors de la session de la Semaine mondiale de l'eau, "Des risques aux retours : Les solutions Nexus WEFE pour la résilience climatique". Tenu le mardi 24 août, cet événement de dialogue était co-organisé par le programme "Dialogues Régionaux Nexus" (NRD), cofinancé par la Commission européenne et le Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement d’Allemagne (BMZ), la Banque interaméricaine de développement (BID) et la Commission économique pour l'Europe des Nations unies (CEE-ONU). Des décideurs politiques, des développeurs de projets et des experts financiers du monde entier se sont réunis pour discuter de la manière dont les politiques et les projets dans les secteurs de l'eau, de l'énergie et de l'agriculture peuvent être recadrés afin de saisir les liens intrinsèques qui relient ces ressources entre elles et avec l'environnement. La session a offert une traduction simultanée de l'anglais vers le français et l'espagnol.

La question du financement était au cœur de cette discussion. Comment obtenir des fonds pour des projets intégrés de ressources naturelles ? Et l'approche Nexus peut-elle faciliter l'accès aux investissements nécessaires à de tels projets ?

Citation de Lucia de Strasser
Citation de Lucia de Strasser

Lucia de Strasser, responsable des affaires environnementales à la CEE-ONU, a ouvert la session avec des mots inspirants du point de vue de la Convention sur l'eau qui soutient la coopération transfrontalière dans le monde entier. Elle a souligné que les décisions relatives à l'eau, à l'énergie et à l'impact sur la sécurité alimentaire nécessitent une vision et un engagement politiques. S'appuyant sur les résultats d'une récente enquête mondiale de la CEE-ONU, Mme de Strasser a mis en évidence un fait essentiel : L'argument économique en faveur de l'investissement dans le Nexus n'est pas suffisamment clair. En outre, le lien entre les initiatives existantes de solutions intégrées et la planification politique est inexistant. Afin de s'attaquer aux silos existants en matière de politique et d'investissement, le renforcement de la coopération est considéré comme le principal facteur de réussite de la mise en œuvre de Nexus.

Citation de Luca Traini
Citation de Luca Traini

Dipak Gyawali, ancien ministre de l'eau du Népal, Albert Bokkestijn du Fonds néerlandais pour le climat et le développement, Monica A. Altamirano, spécialiste des partenariats public-privé chez Deltares, et Luca Traini de la Fondation Renewable Energy Solutions for Africa (RES4Africa) ont discuté de ces questions. Ensemble, ils ont identifié un nombre d'obstacles à l'obtention de financements, notamment la force des silos d'investissement, la peur du risque des donateurs et la difficulté de financer des projets en devises non convertibles. Ils ont tous convenu que l'argument économique en faveur de l'approche Nexus doit être renforcé pour attirer les investissements.

Des réponses dans les Andes

L'événement a également suggéré des moyens par lesquels les projets intégrés de ressources naturelles peuvent surmonter ces défis et encourager les donateurs à contribuer à la généralisation de l'approche Nexus. Cristina Mecerreyes, spécialiste principale de l'eau et de l'assainissement à la Banque interaméricaine de développement, a présenté les résultats émergents d'un projet polyvalent d'eau potable et d'irrigation dans les hauts plateaux de Bolivie qui fait exactement cela.

Citation de Cristina Mercerreyes
Citation de Cristina Mercerreyes

La région du projet est le bassin du Katari et du lac Menor. Situé à l'ouest du pays, ce bassin est coincé entre les sommets enneigés des Andes, les rives du lac Titicaca et les faubourgs d'El Alto, la deuxième plus grande ville de Bolivie. Cette géographie diversifiée signifie qu'elle accueille un large éventail d'habitats, notamment des prairies, des rivières et des "bofedales", un type de zone humide de haute altitude unique dans les Andes. Ces habitats, à leur tour, fournissent de nombreux services écosystémiques aux habitants, dont beaucoup vivent et travaillent au milieu des rivières, des champs et des plantations forestières de la région.

Cependant, le changement climatique représente une menace très réelle pour la durabilité de la région. Les phénomènes météorologiques extrêmes sont de plus en plus fréquents et intenses, et l'augmentation des températures entraîne la fonte des glaciers plus tôt chaque année. En modifiant l'approvisionnement local en eau, ces changements réduisent l'eau disponible non seulement pour la consommation et l'irrigation, mais aussi pour les habitats tels que les bofedales et les services écosystémiques qu'ils fournissent. En conséquence, ces dernières années, la région a connu une augmentation de la pauvreté, des conflits et des migrations internes, ainsi qu'un déclin de la sécurité alimentaire et de la santé.

Dans un bassin aussi complexe et dynamique, il était clair pour Mme Mecerreyes et son équipe que toute tentative d'améliorer l’accès à l'eau potable et de développer l'irrigation devait également porter sur d'autres secteurs interconnectés. Ils ont donc ajouté une composante au projet dans le but explicite d'établir une gestion intégrée des bassins versants et une planification de l'utilisation des terres dans la région. À la suite de recherches approfondies, y compris des consultations avec les habitants pour comprendre leurs connaissances traditionnelles en matière de gestion de l'eau, l'équipe a élaboré un plan polyvalent, participatif établissant les bases d'un système d'approvisionnement en eau productif et résilient au climat pour la région : un plan qui comprend le secteur de l'eau comme faisant partie d'un paysage beaucoup plus large et interconnecté.

Investir dans l'approche Nexus

Le financement d'un projet aussi ambitieux était une perspective intimidante, mais en alignant les objectifs du projet avec les initiatives locales, nationales et internationales, l'équipe bolivienne a été en mesure de construire un dossier stratégique solide qui a généré des investissements importants. Les donneurs comprenaient le programme pilote pour la résilience climatique du Fonds d'investissement climatique, le programme national bolivien sur le changement climatique et EPSAS, l'opérateur d'eau public de la région.

Le panel de l'événement a convenu que le projet bolivien a fourni une démonstration importante de la valeur de l'approche Nexus. En soulignant les interdépendances entre les différents secteurs - et en alignant ces liens avec les initiatives locales, nationales et internationales - l'équipe du projet a été en mesure d'utiliser l'approche Nexus pour présenter un projet complexe et multisectoriel comme un investissement valable pour les donateurs. Enfin, l'espoir est que ce succès puisse être largement reproduit alors que les donateurs et les chefs de projet du monde entier cherchent à améliorer la gestion des ressources en eau partagées.

La versión en español de este artículo está disponible aquí.

The English verion of this article is available here.

Citation de Mónica A. Altamirano
Citation de Mónica A. Altamirano
Citation de Albert Bokkestijn
Citation de Albert Bokkestijn

Regardez la session enregistrée ici :

Header article French www

By loading the video, data will be sent to YouTube. More information can be found in our data protection policy.

Contact

Tina Schmiers

Newsletter

Stay up to date!

We inform you about current projects, events, actions, publications and news!