event 24 Mar 2020

Nexus Blog // Le Nexus peut-il prévenir le conflit dans le contexte fragile? Opportunités d'amélioration de la stabilité et de la résilience climatique au Sahel à travers du lien eau-énergie-alimentation

Luca Ferrini et Lucia Benavides. Cette Blog Post explore comment la stabilité et la résilience au climat au Sahel peuvent être améliorées grâce au lien entre l'eau, l'énergie et l'alimentation.

category Nexus Blog tag Climate tag Climate Change tag Governance tag Peace and conflict globe Africa globe Niger Basin globe Frexus Project / Sahel
Main title pic frexus
©GIZ. A fisher village close to Bamako, Mali

Le manque d'accès aux ressources en eau, en terre et en énergie est un facteur contraignant majeur pour le développement durable et peut avoir des implications sur la sécurité locale, nationale et régionale. Dans le Sahel, le changement climatique accroît à la fois la pression sur les ressources et la vulnérabilité à la pénurie et aux conflits. Il est donc nécessaire que les secteurs de l'environnement et de la sécurité analysent conjointement les implications que la manque d’accès aux ressources naturelles peut avoir sur la paix et la sécurité.

Paix et sécurité au Sahel

Au Sahel, l'instabilité politique et l'insécurité générale entravent de plus en plus les activités de développement dans tous les secteurs. Ceci rend la création d’un environnement où les populations ont accès aux services de base tels que l'eau, l'énergie, la nourriture, l'éducation et les soins de santé plus difficile pour les gouvernements et leurs partenaires. Les raisons de ces conditions défavorables sont multiples.

D'une part, des administrations d'État luttent pour fournir des services de base à l'ensemble de la population, ce qui entraîne, par exemple, des niveaux élevés d'insécurité alimentaire et de malnutrition. Les responsabilités au niveau local se multiplient dans le cadre de la décentralisation et sont donc diluées, ce qui a pour résultat l’existence d’un grand nombre d'institutions et de comités parfois chevauchants.

Le secteur de la sécurité dans de nombreux pays sahéliens est également confronté à plusieurs défis : il doit couvrir des territoires immenses et parfois hostiles avec des ressources limitées. Les institutions judiciaires sont confrontées au problème du pluralisme juridique causé par la validité parallèle du droit national et du droit traditionnel. La criminalité violente, y compris plusieurs formes de vol, est généralement considérée comme étant en hausse, tandis que les régions frontalières non surveillées sont principalement sujettes à l'insécurité car elles conviennent aux groupes terroristes/criminels qui s'y cachent.

En outre, certains conflits interethniques qui sont effectivement historiques, comme par exemple les affrontements entre les communautés d'éleveurs, de nomades et de commerçants au Nord et les communautés d'agriculteurs et de pêcheurs au Sud de la bande sahélienne (voir section ci-dessous), n'ont pas trouvé de solution et sont aggravés par la pénurie croissante des ressources.

Un autre facteur est l'inégalité entre les différents groupes socio-économiques et culturels, qui s'est accrue au cours des dernières décennies, accélérée par les forces de la mondialisation. Cette inégalité, ainsi que le mécontentement lié à la définition de frontières nationales qui ne reflètent pas toujours les dynamiques ethniques et traditionnelles, ont favorisé une attitude de méfiance, ou même de rejet, à l'égard de l'État.

Ce mélange complexe de facteurs entraîne des difficultés déterminantes pour la vie d'une majorité de personnes au Sahel, notamment des problèmes fondamentaux tels que la sécurité alimentaire et hydrique, l'insécurité physique, le risque de migration forcée en raison de conflits violents et les difficultés économiques.

Conditions environnementales changeantes, accès aux ressources naturelles et paix

Ce scénario déjà difficile est encore aggravé par le changement climatique. Selon les prévisions du GIEC, le Sahel sera l'une des régions les plus vulnérables au changement climatique (voir carte ci-dessous). La modification du régime des pluies, la désertification, la déforestation, l'envasement, la réduction des zones humides, la baisse des nappes phréatiques et l'augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes affectent la vie de centaines de millions de personnes. Des taux de natalité parmi les plus élevés au monde et la privatisation croissante de vastes superficies de terres viennent s'ajouter à cet ensemble de facteurs.

Bien que les conditions climatiques futures soient difficiles à prévoir, partiellement à cause du manque de bases de données régionales solides, certaines zones climatiques sont déjà visiblement en train de changer. Cela déclenche une migration de la population vers des zones plus fertiles et plus riches en eau, ce qui peut alimenter les conflits avec les communautés d'accueil qui doivent maintenant partager leur accès peut-être déjà limité aux ressources naturelles.

En conséquence, les conflits entre pêcheurs, agriculteurs et éleveurs transhumants pour l'accès aux pâturages et aux points d'eau se multiplient (ou au moins attirent davantage l'attention des politiques et des médias). Cela est particulièrement vrai lorsque les responsabilités de gouvernance ne sont pas clairement définies entre les autorités traditionnelles, les élus politiques et les responsables administratifs.

Un exemple est le cas des éleveurs nomades, qui sont marginalisés par le déni de certains droits et la mauvaise prestation des services sociaux de base, l'accès aux pâturages et aux points d'eau. Récemment, ils ont dû faire face à des saisons des pluies plus courtes, ce qui signifie qu'ils se déplacent vers le sud plus tôt dans l'année pour chercher des pâturages. Là, ils empiètent sur les produits agricoles qui n'ont pas encore été entièrement collectés par les agriculteurs (traditionnellement, les pasteurs étaient acceptés sur les terres agricoles à la fin de la saison agricole, et recevaient même des restes agricoles pour le bétail en échange de l'effet fertilisant de la présence du bétail dans les champs). Cette situation est de plus en plus problématique pour les (petits) éleveurs de bétail et entraîne des conflits entre eux et les agriculteurs, ce qui conduit parfois à la création de forces de défense civile (aussi appelées groupes d'autodéfense), en particulier là où la présence policière est faible.

Outre ces conflits historiques, de nouveaux conflits liés aux industries extractives sont apparus sur la carte. Plusieurs pays sahéliens sont très riches en métaux comme l'uranium, l'or et le fer, et leur exploitation déclenche des conflits sur les autorisations de prospection, l'impact environnemental et social des mines, le contrôle des territoires et les bénéfices de l'exploitation minière et de la (future) production pétrolière dans le Nord.

Gestion des ressources basée sur le Nexus : un chemin vers la paix?

Bien que chaque cas soit unique et très complexe, les exemples ci-dessus illustrent que les intérêts contradictoires de différents secteurs sur des ressources naturelles rares donnent souvent lieu à des conflits. En particulier, lorsqu'une attribution pacifique de parts équitables aux différents utilisateurs n'est pas possible en raison de l'absence de structures de gouvernance capables d'inclure les différents acteurs et de former un consensus. Au Sahel, le changement climatique agit comme un multiplicateur de risques. Par conséquent, le renforcement de la planification intersectorielle et de la gouvernance des ressources, tout comme la préservation de la santé des écosystèmes et de la résilience au changement climatique peut contribuer de manière significative à la paix et à la stabilité.

Dans ce contexte, le GIZ a été chargé par l'Union européenne et le ministère allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) de mettre en œuvre le projet Améliorer la sécurité et la résilience climatique dans un contexte fragile à travers le Nexus eau-énergie et sécurité alimentaire (Frexus). Les pays partenaires sont le Mali, le Niger et le Tchad.

L'objectif du projet est d'accroître la paix et la stabilité dans les régions où les conflits liés aux ressources sont exacerbés par le changement climatique. S'appuyant sur une collaboration intensive entre les parties prenantes de la communauté de gestion des ressources et du secteur de la sécurité, un outil permettant de dévoiler les liens entre l'utilisation des ressources, le changement climatique et les conflits sera développé. Cet outil permettra également d'identifier les activités basées sur les liens et les feuilles de route de mise en œuvre pour relever les défis et établir des opportunités de développement résistant au climat.

Le projet vise à démontrer qu'il est possible de transformer le cercle vicieux de la rareté des ressources et des conflits autour des ressources en un cercle vertueux de développement résilient au climat, sûr et durable grâce à l'application d'approches Nexus aux niveaux local, national et transfrontalier, et que les communautés, les autorités et les acteurs internationaux dans les zones fragiles peuvent attaquer ces problèmes ensemble d'une manière pacifique qui aboutisse à la prospérité et aux opportunités pour les communautés locales.

Contact

, Nexus Regional Dialogus Programme Niger Basin

Contact

Stephanie Bilgram
Global Nexus Secretariat

Newsletter

Stay up to date!

We inform you about current projects, events, actions, publications and news!