Shutterstock 583586605 Mopti Mali Africa September 2 2011 Mali fisherman in his boat Teo Tarras

Le dialogue régional Nexus dans le bassin du Niger

Œuvrer à intégrer efficacement la gestion des ressources du bassin

Détails du projet

  • EU
  • BMZ
  • Logo NBA
  • Logo GIZ 730x730
  • Organisation chargée de la mise en œuvre :

    Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ - Agence de coopération internationale allemande pour le développement)

  • Partenaires :

    Autorité du bassin du Niger (ABN)

  • Période de mise en œuvre :

    juillet 2020 à juin 2023

  • Pays bénéficiaires :

    Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger et Nigeria

  • Financé par :

    Union européenne (UE), ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)

Publications clés

Factsheet NRD Niger

Factsheet: The Nexus Regional Dialogue in the Niger Basin

NRD Niger factsheet FR

Fiche d´ information : Dialogue Régional Nexus dans le bassin du Niger

Country profile nb

Nexus Country Profiles for the Niger Basin

file

Télécharger (PDF, 1,939 MO)

The country profiles are developed in the frame of the Nexus Dialogue Programme, jointly funded by the European Union and the Federal Ministry for Economic Cooperation and Development (BMZ), Germany.

Burkina faso

Nexus Country Profiles for the Niger Basin - Burkina Faso

file

Télécharger (PDF, 999,749 KO)

The country profiles are developed in the frame of the Nexus Dialogue Programme, jointly funded by the European Union and the Federal Ministry for Economic Cooperation and Development (BMZ), Germany. This publication is in French.

Cameroon

Nexus Country Profiles for the Niger Basin - Cameroon

file

Télécharger (PDF, 969,456 KO)

The country profiles are developed in the frame of the Nexus Dialogue Programme, jointly funded by the European Union and the Federal Ministry for Economic Cooperation and Development (BMZ), Germany. This publication is in French.

Mali

Nexus Country Profiles for the Niger Basin - Mali

file

Télécharger (PDF, 962,929 KO)

The country profiles are developed in the frame of the Nexus Dialogue Programme, jointly funded by the European Union and the Federal Ministry for Economic Cooperation and Development (BMZ), Germany.

Nigeria

Nexus Country Profiles for the Niger Basin - Nigeria

file

Télécharger (PDF, 980,493 KO)

The country profiles are developed in the frame of the Nexus Dialogue Programme, jointly funded by the European Union and the Federal Ministry for Economic Cooperation and Development (BMZ), Germany. This publication is in French.

Contexte régional

Les infrastructures hydrauliques déterminent la sécurité des ressources et des écosystèmes dans le bassin du Niger.

Le Niger est le principal fleuve d’Afrique de l’Ouest ; les activités quotidiennes et la subsistance d’environ 160 millions de personnes dépendent de son bassin et de ses écosystèmes. Le fleuve fournit de l’eau potable, produit de l’énergie hydroélectrique, irrigue les cultures, permet l’élevage du bétail et la pêche, et sert d’axe de transport. Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger et Nigeria. Les scénarios en matière de changement climatique sont incertains pour le bassin du Niger. Toutefois, il est clair que les précipitations deviendront de plus en plus variables, entraînant des périodes sèches plus longues qui entraveront les activités dépendantes de l’eau, en particulier l’agriculture. D’autre part, l’intensité des précipitations et le nombre d’événements d’inondations extrêmes sont susceptibles d’augmenter en été. Les variations du débit du fleuve ont un impact majeur sur les moyens de subsistance des personnes qui en dépendent et la gestion équitable de ses eaux entre les différents secteurs deviendra toujours plus cruciale dans la mesure où le changement climatique s’intensifie. L’agriculture représente 85 % des prélèvements d’eau douce dans la région, ce qui la place de plus en plus en concurrence avec les projets hydroélectriques, tandis que la croissance démographique rapide et l’urbanisation galopante augmentent la demande en électricité, eau potable et nourriture. Le bassin compte également sept des 20 pays les plus pauvres au monde, qui sont impatients de multiplier les projets d’infrastructures afin de réduire la pauvreté et de soutenir le développement économique. Malgré les progrès réalisés pour populariser l’approche Nexus eau-énergie-sécurité alimentaire (EESA) dans la planification régionale à long terme, des zones politiquement instables et des vulnérabilités environnementales font de la planification équilibrée des ressources entre les secteurs de l’eau, de l’alimentation et de l’énergie un défi permanent pour le bassin du Niger.

Farmers crops Niger ID 1338515699 Madalin Olariu
Niger @Madalin Olariu

Témoignages Nexus

Découvrez ces réussites du Nexus dans nos régions, présentées sous forme d’une narration visuelle avec des témoignages personnels et le point de vue d’experts.

Niger basin

Le bassin hydrographique du fleuve Niger s’étend sur neuf pays d’Afrique de l’Ouest, ce fleuve étant le troisième plus long d’Afrique. Ses eaux et celles de ses affluents proviennent des fortes précipitations des hauts plateaux de Guinée, traversent les frontières et adoptent la forme d’un boomerang avec la « courbure » du fleuve au Mali, avant de se jeter au sud dans l’océan au niveau du golfe de Guinée au Nigeria. Les paysages et le climat sont variés : montagnes, forêts tropicales, savanes et zones humides, et la pluviosité dépend de la saison et de la zone climatique.

Pourquoi les solutions du Nexus EESA sont-elles nécessaires ?

  • 70 %

    Plus de 70 % de la population vit dans des zones où la sécurité alimentaire provient de sources d’eau non fiables et vulnérables au changement climatique.

  • 1/3

    Seul un tiers des habitants a accès à l’électricité.

  • 75 %

    75 % de la population ne possède pas d’installations d’assainissement améliorées.

  • 85 %

    Plus de 85 % des prélèvements d’eau douce sont destinés à l’agriculture.

  • D’ici 2030

    La population dans la région devrait presque tripler d’ici 2030 par rapport à 1990, pour atteindre 516 millions d’habitants.

  • Biomasse

    La principale source d’énergie dans le bassin du Niger est la biomasse (charbon, bois).

  • Water
  • Food

Eau et agriculture

Le secteur agricole, qui emploie environ 80 % de la population du bassin, dépend de pluies saisonnières et du débit des cours d’eau qui fluctuent dans la région. Les précipitations et les niveaux variables des eaux des 4 200 km du fleuve Niger sont vulnérables au changement climatique, menaçant les communautés qui dépendent de ses eaux pour l’irrigation, la pêche ou leur eau de boisson. Les moyens de subsistance sont donc très étroitement liés à l’eau, à l’agriculture et à l’environnement. En effet, 70 % des habitants du bassin du Niger dépendent d’une production alimentaire issue de sources d’eau non fiables et vulnérables aux impacts du changement climatique. e renforcement d’une gouvernance coopérative de l’eau joue un rôle important pour atteindre les objectifs de développement, la résilience au changement climatique et la sécurité alimentaire du bassin.

  • Water
  • NRD icon turbine shaped

Eau et énergie

De nombreux États membres du bassin souhaitent s’attaquer au problème de la pauvreté et répondre à la demande croissante d’eau, d’énergie et de nourriture en mettant en place des infrastructures hydrauliques polyvalentes, notamment avec la construction en cours et envisagée de grands barrages comme ceux de Fomi (Guinée), Touassa (Mali) et Kandadji (Niger). La région possède un immense potentiel hydroélectrique, mais les autorités sont bien conscientes que ces projets pourraient avoir des effets dévastateurs du point de vue environnemental et social s’ils ne sont pas mis en œuvre de façon appropriée. Les grands projets d’infrastructure sont susceptibles, en tant qu’élément principal des plans régionaux, de continuer à élargir l’accès à l’électricité, à fournir des réserves d’eau pour le stockage et l’irrigation et à stimuler le développement économique. Une gestion de l’eau intégrée et transfrontalière constituera donc un élément clé de l’amélioration de la sécurité hydrique et énergétique (mais aussi de la qualité de vie) dans l’ensemble du bassin du Niger.

  • NRD icon turbine shaped
  • Food

Énergie et agriculture

Le bassin du Niger n’exploite actuellement pas tout son potentiel énergétique, qui est plus pertinent que jamais au vu de l’augmentation rapide de la demande d’énergie liée à la croissance de la population, à l’urbanisation et à l’industrialisation. L’accès à des services énergétiques modernes est particulièrement faible, surtout dans les ménages ruraux qui dépendent en grande partie de la combustion de la biomasse et qui subviennent à leurs besoins grâce à une production agricole à petite échelle. Les projets d’irrigation peuvent nécessiter de l’énergie, par exemple pour pomper de l’eau, mais peuvent aussi être menacés par le détournement des cours d’eau dû à la construction de barrages si les besoins concurrents d’énergie et de nourriture ne sont pas pris en compte. Une planification équilibrée au sein du bassin doit donc tenir compte de tous les impacts potentiels, y compris des conflits entre le secteur agricole et celui de l’énergie, lors de l’évaluation des infrastructures actuelles et envisagées.

Réalisations

Une base solide pour le développement futur

Lorsque ce projet a débuté en 2016, le Nexus EESA était nouveau. Il avait besoin d’être reconnu et adopté par les institutions régionales. La sensibilisation et un environnement favorable sont nécessaires pour développer et mettre en œuvre des projets de développement concrets, ce que le bassin du Niger a très bien su faire.

Lors de sa première phase, le Projet de dialogue Nexus du bassin du Niger a atteint cet objectif par le biais des résultats suivants :

  • Ateliers

    Cinq ateliers d’appropriation et de consultation régionaux et nationaux portant sur la mise en œuvre du Nexus.

  • Stratégies d’application

    Stratégies d’application du Nexus développées pour les principaux barrages polyvalents : Fomi et Kandadji.

  • 350 projets

    Popularisation du Nexus dans la planification des opérations et des investissements du bassin du Niger - 350 projets.

  • Conseil ministériel

    Le conseil ministériel de l’ABN et les comités de pilotage régionaux ont officiellement validé le travail effectué.

  • Profils de pays

    Des profils Nexus pour les neuf pays du bassin ainsi qu’un profil Nexus couvrant l’ensemble du bassin ont été publiés.

  • Paix et sécurité

    Ajouter une dimension Paix et sécurité au Nexus : de nouveaux financements ont été approuvés pour la consolidation de la paix dans le bassin via une gestion des ressources naturelles basée sur le Nexus.

Activités clés

L’approche Nexus en action

En s’appuyant sur les réalisations de la première phase, la Phase II du Projet de dialogue Nexus du bassin du Niger se concentrera sur l’application pratique de l’approche Nexus.

Les principaux objectifs incluent :

  • Une popularisation du Nexus par le biais d’événements de dialogue portant sur les politiques et les investissements.

  • Des formations adaptées, dispensées au niveau régional et national (par exemple au Mali, au Niger ou en Guinée), et portant sur les outils Nexus, les applications, ainsi que sur les implications et les recommandations des politiques ascendantes.

  • Les avantages tangibles de l’approche Nexus via le soutien apporté à des projets de démonstration et la documentation de ces derniers (p. ex. appliquer une analyse coûts-bénéfices).

  • La préparation de projets d’investissement Nexus à grande ou moyenne échelle.

Bulletin d'information

Restez informé!

Nous vous informons sur les projets, les évènements, les actions, les publications et les nouvelles en cours !