(C) GIZ, Programme de Dialogue Régional Nexus
News

Nexus Bassin du Niger // Réaliser la Vision Partagée du Bassin du Niger en Tirant Parti de Sa Force Intersectorielle

Par Claudia Ringler. Le bassin du fleuve Niger dans les régions arides d'Afrique de l'Ouest et du Centre, qui abrite plus de 130 millions de personnes dans neuf pays, fait l'objet d'une grande activité de développement. Plus de 300 projets orientés vers transformer le bassin du Niger en un espace commun pour le développement durable à travers la gestion intégrée des ressources en eau et des écosystèmes associés. Cet rapport examine comment accroître l'efficacité et le succès de ces projets en tirant parti et en maximisant des synergies intersectorielles.

Le bassin du fleuve Niger dans les régions arides d’Afrique de l’Ouest et du Centre, qui abrite plus de 130 millions de personnes dans neuf pays, fait l’objet d’une grande activité de développement. Trois grands réservoirs vont de la planche à dessin à la construction; les plans pour des milliers d’hectares de projets d’irrigation sont finalisés; et des mesures de protection de l’environnement et des systèmes de surveillance améliorés sont en cours de conception. La Banque africaine de développement et la Banque mondiale cherchent à engager des ressources substantielles pour développer les ressources naturelles du bassin à l’appui de la vision partagée du bassin du Niger, pour «(faire du) Bassin du Niger, un espace commun de développement durable par une gestion intégrée des ressources en eau et des écosystèmes associés pour l’amélioration des conditions de vie et la prospérité des populations d’ici 2025.»

Plus de 300 projets orientés vers la réalisation de cette Vision font partie du Plan Opérationnel 2016-2024 de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), le gardien inter-gouvernemental de la rivière. Les projets couvrent un large éventail d’investissements: développement d’infrastructures, tels que les grands barrages; équipement d’irrigation et voies de navigation pour le développement socio-économique; la préservation des écosystèmes du bassin, tels que le Delta Intérieur du Niger; et des interventions visant à renforcer la gouvernance et la gestion des ressources naturelles communes dans le bassin. Cependant, sans une évaluation minutieuse de ces projets et de leurs liens, les ressources hydriques, terrestres et écosystémiques rares et fragiles pourraient subir des dommages irréversibles. Ceci est particulièrement sensible étant donné que ces ressources représentent la véritable force vitale de certains des pays les plus pauvres et les moins sécurisés en Afrique.

Pouvons-nous augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources en tirant parti des synergies intersectorielles intégrées au plan opérationnel de l’ABN tout en réduisant les impacts potentiellement négatifs de certains projets sur d’autres?

Si elle est bien faite, cette approche pourrait réduire la menace d’impacts négatifs sur les ressources hydriques et foncières partagées du bassin et économiser des millions de dollars de fonds d’investissement tout en répondant aux divers objectifs de Vision. Pour résoudre ce problème, la République fédérale d’Allemagne et l’Union européenne, à travers la GIZ, soutiennent un effort visant à intégrer le Nexus eau-énergie-alimentation-écosystème dans le plan opérationnel de la NBA. Suite à un atelier de consultation avec le personnel de l’ABN en mai 2018, un atelier régional avec la participation de plus de 50 représentants du gouvernement et de la société civile des neuf pays du bassin a eu lieu du 19 au 20 juin au siège de l’ABN à Niamey.

Les participants ont identifié des mesures pour faire face aux principaux risques affectant le bassin du Niger, tels que la sécheresse, les pénuries d’eau, l’insécurité et la sédimentation en utilisant le cadreROAD. Ils ont ensuite identifié et classé les liens de toutes les activités du plan opérationnel de la NBA comme indivisibles (+3) fortement favorables (+2), favorables (+1), neutres (0), contraignants (-1), très contraignants (-2) ou annulant (-3) pour la sécurité de l’eau, la sécurité alimentaire, la sécurité énergétique ainsi que la durabilité environnementale en utilisant le cadre d’interconnexion développé par l’ICSU.

Décrivant l’un des projets, Mme Rachael C. Njoku du Ministère fédéral des ressources en eau du Nigéria a noté que «la mise au point d’outils pour la modélisation des prévisions hydrologiques est très importante, car elle aide à prévenir les effets néfastes des inondations. Ainsi, nous devrions la classer comme +2 pour la sécurité alimentaire, +1 pour la sécurité énergétique, +3 pour l’environnement et il est également positif pour la sécurité de l’eau».

La réhabilitation des petites infrastructures d’irrigation dans la région de Gao au Mali risque d’avoir des impacts négatifs sur la sécurité énergétique, car elle utilisera l’électricité ou d’autres sources d’énergie, a suggéré M. Richard Sagno de l’Unité nationale de coordination des usagers du bassin du Niger. «L’activité pourrait également limiter la réalisation de la durabilité environnementale. Par conséquent, un classement de -1 est nécessaire », a-t-il déclaré, indiquant que la durabilité énergétique et environnementale pourrait être limitée à travers ce projet. Les représentants maliens présents ont rapidement procédé à l’identification des mesures d’atténuation pour les impacts négatifs perçus identifiés. L’équipe de la Guinée a classé un stockage d’eau pour le programme commun d’irrigation et de pisciculture comme positif pour la sécurité alimentaire, la sécurité de l’eau et pour l’environnement (+2).

Comme l’explique le Dr. Abdoulaye Diallo, Conseiller du Ministre de l’Agriculture, «il génère un écosystème important pour les espèces aquatiques, fournit une source importante de nourriture et soutient même l’augmentation des ressources en eau».

De même, la délégation de la Côte d’Ivoire a classé un projet de jardin maraîcher solaire avec un impact de +2 pour la sécurité alimentaire et énergétique et la durabilité environnementale (en raison de la réduction des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux sources alternatives). La sécurité del ’eau. La délégation a identifié des mesures pour remédier à l’impact potentiellement négatif sur la sécurité de l’eau, notamment le renforcement des réglementations sur les prélèvements d’eau, la formation des utilisateurs sur les pratiques d’irrigation efficaces et la consultation entre les différents groupes d’utilisateurs.

La délégation du Burkina Faso a débattu de la manière de classer la réhabilitation du barrage de Mani, concluant que le soutien à divers objectifs Nexus devrait dépendre de la manière dont la réhabilitation est mise en œuvre. Si le projet répond à plusieurs objectifs, tels que l’irrigation et l’approvisionnement en eau, un classement de +2 pourrait être fourni pour les deux objectifs. Mais si l’irrigation est favorisée au détriment de l’approvisionnement en eau et si de grandes quantités d’énergie sont nécessaires pour ce projet d’infrastructure, la réhabilitation devra être classée comme une contrainte pour la sécurité hydrique et énergétique et des mesures d’atténuation devront être identifiées.

Dans une dernière étape, les représentants des pays ont identifié les mesures qui pourraient être utilisées pour réduire les impacts potentiellement négatifs sur un ou plusieurs secteurs Nexus et discuté des principaux moyens de mise en œuvre des projets intersectoriels - notamment les capacités intersectorielles, les moyens de financement, les politiques et institutions, le genre et l’intégrité.

Comme l’a observé M. Abdou Ramani Traoré, expert en suivi et évaluation, et point focal Nexus à l’ABN, «la majorité des projets du plan opérationnel contribuent à plusieurs objectifs - eau, énergie, sécurité alimentaire et durabilité environnementale - mais cela n’est pas toujours explicite. Rendre ces liens explicites soutient la mise en œuvre intersectorielle ainsi que le suivi des impacts sur tous les secteurs liés».

«Même si elle est parfois perçue comme nécessitant des coûts de négociation élevés, l’approche Nexus peut améliorer l’efficience et l’efficacité des investissements et réduire la résistance politique intersectorielle à la mise en œuvre. Rendre le plan opérationnel «à l’épreuve du Nexus» signifie également le rendre plus attrayant pour les partenaires financiers» ajoute M. Luca Ferrini, responsable GIZ du programme Nexus à l’ABN. Les pays partageant le bassin du Niger peuvent-ils maximiser leurs atouts intersectoriels pour assurer un accès sécurisé à l’eau, à la nourriture et à l’énergie tout en préservant l’environnement? Une approche Nexus peut aider à renforcer les impacts positifs et à réduire les contraintes intersectorielles des solutions sectorielles et aider à identifier des solutions communes, accroître l’efficacité de l’utilisation des ressources naturelles et soutenir la mise en œuvre et le suivi des investissements.

Si cela est possible, le fleuve des fleuves - la signification littérale du Niger - continuera à jouer son rôle crucial pour la sécurité de l’eau, de l’alimentation et de l’énergie et la durabilité environnementale pour les générations à venir.

Pour plus de couverture de l’événement, voir ce lien.

À propos de l'auteur

Claudia Ringler, International Food Policy Research Institute (IFPRI) et consultante pour le programme Nexus à l’Autorité du Bassin du Niger

› back

SDGs

WEFE Nexus Publication // European Commission Position Paper on the WEFE Nexus and the SDGs

The Joint Research Centre (JRC) and European Commission's Directorate-General for International Cooperation and Development (DG DEVCO) have recently launched a Position Paper on the Water, Energy, Food and Ecosystems (WEFE) Nexus and the Sustainable Development Goals (SDGs). Highlighting the key outcomes of exchanges with experts held in 2018, the Paper aims to launch a dialogue on how to operationalise the WEFE Nexus.

// more
Solar-powered Irrigation Systems (SPIS)

JRC Technical Report // Water-Energy-Food Nexus Interactions Assessment: Renewable Energy Sources to support Water Access and Quality in West Africa

By Kougias I., Szabó S., Scarlat N., Monforti F., Banja M., Bódis K., Moner-Girona M. Mitigating the big challenges of access to clean water, energy and poverty in Africa requires integrated solutions. The analysis of issues related to the water, energy, food and the ecosystem through a nexus approach, has attracted the interest of scientists, policy-makers and the private sector. The present Technical Report examines the potential of such an approach to create beneficial synergies between the...

// more
Modelling and Assessment

Holistic Water-Energy-Food Nexus for Guiding Water Resources Planning // Matagorda County, Texas Case

By Muhammed I. Kulat, Rabi H. Mohtar and Francisco Olivera. The authors developed a holistic framework to provide sustainable scenarios that include feasible infrastructure interventions. The framework focuses on water and associated links with other resources, includes a unique analytic tool for quantifying scenarios, and ultimately produces a sustainability analysis of each scenario. Optimal scenarios are offered that consider site-specific dynamic resource interlinkages. The WEF nexus model...

// more